Revue de Presse – Un Nouvel Elan pour Hénin-Beaumont

Une marche aura lieu samedi14 de la mairie au centre des impôts où seront déposées les demandes de remise gracieuse.

Les finances locales décidément au centre de toutes les attentions des politiques héninois. Après le recours envisagé par le Front national contre l’État pour défaut de surveillance et l’appel d’Alain Alpern (lire nos éditions de vendredi et samedi et la rubrique Autant vous le dire) , voici que le Nouvel élan pour Hénin-Beaumont entre dans la danse.
L’association de Pierre Ferrari et compagnie décrète la « mobilisation générale pour le respect des contribuables ». En ligne de mire, la municipalité : « On est assez choqués de la façon dont elle a géré les impôts locaux, accuse Pierre Ferrari.
Elle a subi l’actualité et les préconisations de la chambre régionale des comptes, elle n’a pas agi comme elle aurait dû le faire. C’est à elle d’imposer ses vues. » À l’heure de la distribution des feuilles d’impôts, la hausse de 8,1 % décrétée par le préfet en août reste en travers de la gorge de David Noël et ses amis : « Il y a eu une position défaitiste de Daniel Duquenne dès le départ sur ce dossier ». L’Élan reproche à l’équipe Duquenne de ne pas être allé chercher des aides exceptionnelles qui auraient pu juguler la pression fiscale, quitte à déclarer la commune, en « état de catastrophe financière ». « Il y a d’autres pistes à explorer, soutient Patrick Piret (MoDem), on ne peut plus accepter les choses en l’état. »
Manifestation et demande de remise
L’Élan entreprend une « action symbolique et utile » (D. Noël). Elle va distribuer des lettres type à la population * demandant à l’administration une remise gracieuse de 8,1 %, soit l’augmentation de la part communale de la taxe d’habitation, considérant que « ce n’est pas aux Héninois de payer la crise ».

Les contribuables mécontents sont invités à se rassembler samedi 14 à 14 30 devant l’hôtel de ville avant d’aller porter les courriers au centre des impôts de la rue Parmentier. « On souhaite mettre une pression populaire sur les élus et le préfet pour qu’ils nous entendent et nous respecte nt », reprend Pierre Ferrari. Dont l’offre de services envers la municipalité est toujours d’actualité précise-t-il. Les partis de l’Élan, « traités comme des pestiférés depuis l’élection par l’équipe élue » (dixit David Noël) entendent moins que jamais rester en dehors du débat public.

* Également téléchargeables sur le nouveau blog de l’Élan : www.pourheninbeaumont.com

ob_2c86e8_logo-pcf-fdg-henin-1

Jean-Pierre Policante, Pierre Ferrari, Patrick Piret et Christine Coget partagent toujours le même «Élan»…

Il y a quatre mois, la claque faisait mal. Très mal. Si mal qu’on aurait pu l’imaginer destructrice du « Nouvel élan » né dans la douleur et le deuil des sacrifiés à la « cause » que furent Marie-Noëlle Lienemann et Éric Mouton.

Et pourtant, alors que la plaie est loin d’être cicatrisée pour Pierre Ferrari et ses amis d’infortune, l’« Élan » n’a pas été brisé.Et se prolonge l’aventure plurielle qui fait cohabiter sans le moindre état d’âme militant PC et MODEM, anti-Dalongevilliens primaires et anciens proches du maire déchu ayant depuis lors fait leur mea culpa… Une équipe hétéroclite sur le papier mais qui s’avoue soudée et le prouve depuis l’installation de l’équipe Duquenne en ne lâchant rien.

Un « Nouvel élan » qui vient de faire le point avec ses militants au local de la rue Victor-Mathé, fourmilière où la vie militante continue de grouiller malgré la défaite du 28 juin et l’inévitable coup de mou qui l’a suivi.

Massés en fond de salle, alanguis dans des divans ou sagement assis, buvant les paroles de Pierre Ferrari, les militants de l’Élan sont à l’image du bureau de leur association, multigénérationnels et représentatifs de la diversité héninoise.

Sujet bien évidemment majeur de cette soirée que l’ubuesque situation locale entre les menaces « virtuelles » du retour de Gérard Dalongeville par la voie juridique et les problèmes de santé de Daniel Duquenne qui auront nourri beaucoup de fantasmes. « Il faut dire aux gens qu’il n’y aura pas deux maires à Hénin-Beaumont ! » martèle Pierre Ferrari. Qui voit dans ce qui est annoncé ici et là par certains Cassandre autour de la future décision du Conseil d’État « comme un scénario-catastrophe qui ne peut profiter qu’au FN ». Une situation pour laquelle le Bureau de l’Élan recommande à ses membres d’être des relais « pédagogues » auprès de la population. « Faisons attention, on se doit d’être précis et d’expliquer aux gens ! » précisera Jacques Boutillier.

Avec les Verts et le PRG ?

Une aventure commune des partis héninois à laquelle ne participent pas les Verts, ce qui vaudra quelques questions parmi les adhérents. « Régine Calzia devrait être présente lors de notre prochaine réunion. Ne vous inquiétez pas, on travaille au rassemblement aussi bien avec les Verts qu’avec le PRG ! » expliquera Pierre Ferrari.

En attendant, le quotidien de l’Élan, c’est l’animation de pas moins de 20 commissions balayant le plus largement possible la vie locale, comme unshadow cabinet à l’anglaise. Et puis ce sont les permanences des mercredis et vendredis (de 18 h à 20 h) « qui sont un véritable succès ». Environ dix personnes y sont reçues chaque semaine et quelque cent dossiers sont en cours de traitement : « Beaucoup des gens qui viennent nous voir ne sont pas reçus en mairie et grâce aux compétences et réseaux de chacun, on essaie de les aider au mieux ».
PW

HÉNIN-BEAUMONT

La Voix du NordPierre Ferrari a logiquement pris la présidence de l’association avec David Noël et Patrick Piret comme vice-présidents, le secrétariat étant assuré par Emmanuelle Boutillier. « On nous a glissé tellement de peaux de banane sous les pieds ! » Le dépit passé après un premier tour de municipales aux allures de couperet, Pierre Ferrari et ses ex-colistiers n’ont toujours pas la tête aux vacances. Et s’évertuent actuellement à faire muer la synergie électorale en esprit de reconstruction. En réglant au passage quelques comptes…
Après la désillusion du 28 juin, personne n’a quitté le navire du « Nouvel élan ». Mieux même, la famille s’agrandit de jour en jour et, samedi, Anne-Sophie Taszarek dénombrait à la louche entre 100 et 150 pré-adhésions.La joue est encore rouge mais le moral intact même si Pierre Ferrari et les siens en ont toujours « gros sur la patate ». « Le Parti socialiste et le MRC ont travaillé contre nous ! » avance gravement Pierre Ferrari, encore secoué par la décision de la « fédé » PS de mettre sous tutelle « sa « famille MJS : « Se venger ainsi sur les MJS, c’est inacceptable ! » Le temps de la colère mais aussi de la reconnaissance pour les appareils « du PCF et du MODEM qui, eux, ont été exemplaires lors de cette campagne ». Et puis, la volonté, au-delà de cette valse d’étiquettes, de composer un front homogène « au-delà des appareils et clivages politiques ». Parce qu’Hénin-Beaumont le vaut bien et que la confiance apportée à Daniel Duquenne est, chez eux, pour le moins ténue.
Au-delà des promesses non tenues au terme du premier tour (lire par ailleurs l’interview du nouveau maire), le doute règne en maître absolu. « En ce qui me concerne, j’ai bien plus que des doutes, explique le MODEM Patrick Piret qui voit dans ce rassemblement « une démarche précurseur de ce que mériterait le bassin minier ». Une « nouvelle offre faite aux Héninois » qui vient suppléer une absence dans le débat municipal qui devrait se faire terriblement sentir dans ces quatre années et demi à venir. • P. W.